Le shiatsu est une discipline énergétique, originaire du japon, qui utilise le toucher pour ramener l’équilibre dans le corps et ainsi favoriser la santé.
Inspiré de la médecine traditionnelle chinoise, il se pratique en exerçant une pression adaptée, essentiellement avec les pouces et la main, le long des méridiens.

Selon la médecine chinoise, l’énergie (Ki) circule dans tout l’organisme  et soutient tant les fonctions du corps que de l’esprit : marcher, digérer, penser, ressentir en sont toutes des manifestations. Ce flux énergétique continu circule dans tout le corps au moyen d’un réseau immatériel, mais précis, de voies appelées méridiens. Sur le trajet des méridiens se trouvent des points cutanés, appelés points d’acupuncture ou tsubo, d’où l’on peut en régulariser le débit.

Lorsque le Ki est en quantité suffisante et circule bien, l’organisme est en santé, la pensée claire et les réflexes vifs. Lorsqu’il stagne, est contraint ou bloqué, on se sent faible, lourd et sans vitalité, les douleurs s’installent. Le Qi peut être perturbé par plusieurs facteurs, internes ou externes.

La pratique shiatsu permet la remise en mouvement et active  ainsi les forces d’autoguérison.

Le shiatsu s’inscrit avant tout  dans une démarche préventive. Il ne faut pas attendre qu’il y ait un déséquilibre pour consulter. Une séance à chaque changement de saison est alors idéal.

Mais il offre également une réponse pertinente aux divers maux de notre époque.

Comme le veut la loi en France, le code de déontologie de la FFST stipule que :

Le shiatsu n’est ni une pratique médicale au sens occidental du terme, ni un massage, ni une idéologie, mais un art s’inscrivant prioritairement dans le domaine de la prévention et plus généralement du bien-être. »

Petite histoire du Shiatsu

Le shiatsu prend ses racines dans la tradition orientale et le massage chinois. L’ancêtre du shiatsu est le massage Anma qui, de massage thérapeutique devint plutôt au fil des siècles un massage de confort, de relaxation.

Au début du vingtième siècle, le terme de Shiatsu fait son apparition et va être popularisé dans les années 20.

Après la seconde guerre mondiale, l’état japonais va interdire nombre de techniques séculaires. L’Anma  épargné, le shiatsu va être codifié et sa pratique intégrée à celle de l’ Anma en 1955. Son étude est depuis sanctionnée par un diplôme d’état et ses vertus thérapeutiques lui confère là bas le statut  de discipline paramédicale. Il est exercé par des milliers de praticiens mais également pratiqué dans le cadre familial et relaxant.

Largement répandu en Europe, la pratique du shiatsu en France se limite pour l’essentiel à son aspect préventif et relaxant faute d’une reconnaissance officielle tardant à venir malgré les décisions positives adoptées par la commission européenne (le rapport Lannoye/Collins, ratifié par le Parlement Européen du 29 mai 1997, a défini le Shiatsu comme « une médecine non conventionnelle digne d’intérêt »).

La pratique et l’enseignement du shiatsu sont multiples et le shiatsu est riche de plusieurs écoles. Les différents shiatsu pratiqués ne s’opposent pas mais se complètent, s’enrichissent mutuellement. Le shiatsu, comme l’énergie, évolue et se transforme au fil de ses rencontres, de ses échanges avec les cultures, les techniques, des apports scientifiques et spirituels des continents, des pays qu’il traverse, des personnes qui en suivent la voie.

Les bienfaits du Shiatsu

Avant toute chose, recevoir une séance est un moment extrêmement agréable ! Les pressions ou étirements apportent souvent un soulagement immédiat. Très vite s’installe un sentiment de paix et de tranquillité. C’est le moment où l’on s’occupe de soi et où on laisse quelqu’un s’occuper de soi.

On parle de « retour à la maison » pour évoquer ce mouvement intérieur.

Le domaine d’application est très vaste. Le shiatsu agit aussi bien sur le plan physique que sur le plan psychique et émotionnel.
Pourquoi :

Principe du la circulation du Ki dans la médecine chinoise
A suivre…

Système nerveux
A suivre…

Les grands systèmes physiologiques
Digestif
Hormonal
Musculaires / articulaires
A suivre…

Le shiatsu ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale, et le praticien prendra le temps de se renseigner sur vos traitement en cours et suivi médical.
Il est souvent amené à conseiller une consultation médicale.

À qui s’adresse le shiatsu ?

Pour tous

Le shiatsu s’adresse aux personnes de tout âge, désireuses de retrouver et d’entretenir un bien-être psychique et physique. Il permet de renforcer les forces d’autoguérison, calmer les émotions, d’apaiser les tensions et douleurs de tous ordres et en particulier les douleurs inexpliquées.
Améliore le sommeil, les soucis digestifs.

Soutien moral

Le shiatsu agit comme un véritable soutien moral : il favorise le lâcher prise, et permet à chacun d’être à l’écoute de ses besoins, de ses émotions.
Sa pratique réduit le stress, élimine les facteurs de tension, la fatigue, la nervosité et les troubles du sommeil.
C’est un grand renfort pour accompagner les chocs émotionnels, angoisses, phobies, deuils, dépressions, préparation aux examens…

Séniors

A défaut d’ajouter des années à votre vie, ajoutez de la vie à vos années”

Le shiatsu allège de façon spectaculaire bon nombre de douleurs que l’on dit inhérentes à l’âge (céphalées, douleurs articulaires et musculaires et autres).
Il stimule la circulation sanguine, harmonise les fonctions organiques et renforce les défenses naturelles.
Sensation de vitalité accrue. Il agit aussi sur le psychisme et le moral.

Femmes

Le shiatsu agit en soutien pour les femmes à tous les moments du cycle et à tous les âges de la vie :

Troubles de la puberté, soutien à la conception en cas de difficultés, syndromes pré- menstruels.

Pendant la grossesse, les séances de shiatsu vont permettre de : détendre profondément et apaiser le stress, soulager les désagrément et petites douleurs (nausées, mal de dos, jambes lourdes, problème de sommeil…), mieux accepter les transformations du corps.
Excellente préparation pour le jour de l’accouchement.
Il favorise également le lien entre la maman et le bébé.

Le shiatsu peut réduire  efficacement et durablement les symptômes de la ménopause (bouffées de chaleur, irritabilité, angoisse, insomnies).

Sportifs

Il soulage les douleurs musculaires et  articulaires  (articulations, dos) et en particulier les tendinites.
Il permet une meilleure récupération après l’effort (stimule circulation du sang et des fluides).
Apaise le stress (compétitions). Assouplit le squelette.

Patients suivant une thérapie lourde

Dans une étude réalisée en 2007 sur des personnes atteintes de cancer, les résultats ont montré une amélioration des effets secondaires de la chimiothérapie avec notamment une diminution : de la fatigue, des nausées et des vomissements, ainsi qu’une baisse des problèmes buccaux.

Enfants

En général ils apprécient le shiatsu. Le protocole est adapté.
Apaise les agitations, facilite le sommeil, apaise le stress et les angoisses.

C’est aussi un bon accompagnement pour la période de l’adolescence :
Apaise l’énergie bouillonnante, améliore les problèmes de peau, permet une meilleure communication, facilite la prise de conscience du schéma corporel.

Déroulement d’une séance

Une séance débute toujours par un entretien, assez court, qui permet de faire connaissance et de débuter une relation confiante. Quelques questions permettront d’orienter le travail de façon sécurisée (opération récente, problème articulaire, médication, risque de grossesse, …).

Puis la séance débute. Le shiatsu se reçoit habillé (vêtements légers et souples), le plus souvent allongé sur un futon, parfois sur le ventre, sur le dos ou sur le côté en fonction des méridiens traités. En toute circonstances c’est votre confort qui prime.

Vous n’avez rien à faire. Seulement vous poser, vous laisser aller.

Premier contact délicat de la main. Débute alors un dialogue silencieux entre votre corps et la main du praticien. C’est cette communication qui lui permet de percevoir vos besoins énergétiques et guide le travail de la séance.

Certains points peuvent se montrer plus sensibles d’une personne à l’autre, mais ce n’est jamais “douloureux”. La séance se déroule dans le calme et le silence mais avertissez le praticien dès que vous ressentez de l’inconfort ou que votre corps commence à se contracter.

A la fin de la séance, vous prenez le temps nécessaire pour ouvrir les yeux et revenir dans l’ici et maintenant.

Il est recommandé de ne pas prévoir d’activité intense après la séance. Vous pouvez vous sentir très détendu et reposé ou fatigué. Il n’est pas rare de ressentir des courbatures après un shiatsu, c’est que votre corps répond présent aux sollicitations du praticien.
Il peut arriver qu’après la séance se manifestent (après la 1ère séance en général) des douleurs inattendues ou amplifiées). Elles disparaissent très vite et son le signe de l’activité de récupération. (voir Effet rebond ou effet camion)